Régis Colin photographe

Régis Colin rend hommage aux ouvriers – Cherbourg

samedi 03 novembre 2012


« La beauté du travail de Régis Colin [ici en photo] se trouve dans la sobriété, la simplicité, la modestie qu'il pratique et restitue », écrit Michel Onfray dans sa préface.

Le photographe va faire paraître prochainement Ouvriers. Un livre préfacé par Michel Onfray.

« Les ouvriers sont souvent maudits », commence Régis Colin de cette voix rauque qui donne l’impression d’avoir en face de soi un homme définitivement bourru. Il les aime, ces travailleurs manuels qui ont les mains dans les copeaux de bois, les éclats de métal, le froid, le chaud…

Régis Colin, qui sait ce que travailler de ses mains veut dire, a montré tout au long de sa vie professionnelle son intérêt pour les classes travailleuses. On lui doit notamment Mer des hommes, portrait de pêcheurs réalisé en immersion dans le milieu marin des côtes de la Manche au cours de multiples embarquements. Il a aussi photographié d’autres mondes professionnels, celui du nucléaire, de la sidérurgie, et les Tsiganes, dans leurs labeurs de récupération. Il a encore rendu hommage à d’autres hommes de courage, les Vétérans, ces hommes qui ont débarqué en Normandie le 6 juin 1944 et qu’il est allé rencontrer chez eux, 60 ans plus tard, dans leur intimité, très loin du faste des commémorations.

Dans la même logique d’immersion dans le monde qu’il photographie, Régis Colin est entré dans 35 entreprises du Nord-Cotentin pour saisir ces travailleurs à l’ouvrage. Ils l’ont accueilli avec bienveillance. « J’aime photographier les paysages humains », poursuit l’artiste. Les sillons des rides sur un visage, ceux laissés sur les mains par les outils, les sourires, les pauses cigarettes ou le moment du casse-croûte avalé sur le pouce… C’est tout cela, le monde ouvrier vu par Régis Colin. L’homme de l’art a voulu « montrer les capacités des gens d’ici, de l’entreprise de celles de deux salariés à celles de 3 000 ». » »

« Héros silencieux »

Le livre comprend deux volets : le premier des portraits réalisés en 2012 ; le second, « différents portraits réalisés tout au long de mes divers reportages, en France, en Roumanie et ailleurs ». C’est le philosophe Michel Onfray qui a rédigé la préface à cet hommage rendu en noir et blanc et couleurs au peuple du labeur. Il salue le travail sobre du photographe, son talent à saisir « un travail solitaire la plupart du temps, une activité séparée, une besogne isolée ». Le philosophe ne peut que confirmer ce que disent les images de l’artiste : « Le travailleur manuel est un héros silencieux des temps post-modernes ».

Le livre compte 110 portraits, dont 25 en couleur, et donnera lieu à une exposition à la salle des fêtes de Cherbourg, du 20 décembre au 3 janvier. Le livre est en souscription tout le mois de novembre à 18 € (21 € à sa sortie officielle, en décembre).

Bulletins de souscription à retirer tout le mois de novembre à Ouest-France et La Presse de la Manche ou par courriel regis_colin@yahoo.fr.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x4okil_portrait-de-femmes_creation#.UNtjZHdmPTo[/dailymotion]

Comments are closed.